En cours de chargement...
26, place Vendôme : un hôtel si particulier

26, place Vendôme : un hôtel si particulier

Si Frédéric Boucheron se rendait aujourd’hui à l’Hôtel de Nocé, il en éprouverait une immense fierté. Au fil des décennies, sa maison de famille s’est imposée comme l’épicentre de la Haute Joaillerie parisienne. Récemment, elle a été rénovée avec style. Visite guidée.

Il fallait être audacieux et visionnaire pour installer la Maison Boucheron au 26, place Vendôme. Le fondateur, Frédéric Boucheron, a franchi le pas, lui qui n’a cessé d’innover en matière de création. Il investit l’Hôtel de Nocé en 1893. L’édifice sera classé aux monuments historiques en 1930. Rénové en profondeur, il rouvre ses portes fin 2018 et s’affirme comme l’épicentre du style Boucheron. Imaginé comme une maison de famille, l’Hôtel Particulier propose désormais à ses prestigieux clients un appartement où l’on se sent comme chez soi.

L’entrée place vendôme

L’entrée place vendôme

Au 26, place Vendôme, à peine la porte franchie, les créations focalisent le regard, sublimées dans une bulle de verre. Les lustres sont signés Pierre-Yves Rochon et Lalique. Une console en marbre et une œuvre d’art de la collection Pinault complètent une ambiance magistrale. Bienvenue dans la Maison de style Boucheron.

L’entrée historique rue de la paix

Les pas de la comtesse de Castiglione résonnent encore dans l’entrée historique de l’Hôtel de Nocé. Située côté rue de la Paix, elle conserve aujourd’hui encore cabochons et damier en pierre d’époque. Signature de la Haute Joaillerie de la Maison, le lustre et ses oiseaux en cristal de roche ne manquent pas une occasion de narguer Wladimir, animal fétiche de la Maison Boucheron.

L’entrée historique rue de la paix
L’escalier d’honneur

L’escalier d’honneur

À l’origine, il accueille de prestigieux invités que tout semble éloigner, du Shah d’Iran à Édith Piaf, d’Alexandre III à l’Américaine Marie-Louise MacKay. Mais une passion les unit : tous poursuivent un rêve, celui d’un joyau à la hauteur de leur amour. Tous sont en quête d’extraordinaire. En recherche d’absolu.

C’est vous qui en descendez les marches aujourd’hui, paré(e) de l’une des plus étonnantes créations. Animaux de Collection, Point d’Interrogation ou Fleurs Éternelles ? Wladimir, chat emblématique de la Maison, vous orientera peut-être vers Hans, le hérisson le plus célèbre de la Place Vendôme. Ou vous pourriez choisir le collier Point d’Interrogation, qui viendrait alors comme par magie sublimer votre décolleté.

Mais ne nous égarons pas. L’escalier d’honneur est là pour nous remettre dans le droit chemin : celui de plus de 160 ans d’histoire d’une Maison profondément française, résolument parisienne, dont la créativité engagée puise ses racines partout où l’innovation s’allie au rêve.

Le Grand Salon – rez-de-chaussée

Le Grand Salon – rez-de-chaussée

Pièce capitale, irradiée de lumière (la vôtre vient s’y ajouter), le Grand Salon conserve les lambris de noyer néo-Louis XV choisis par notre fondateur et désormais restaurés. Tapis aux cinquante nuances, fauteuils Warren Platner, lustre en cristal de roche imaginé par Pierre-Yves Rochon et réalisé par la Maison Tisserant. Le tout en transparence, fidèle à l’esthétique Boucheron.

Le Jardin d’Hiver – rez-de-chaussée

Êtes-vous d’humeur Fleur de Nuit ou Fleur Éternelle ? Qu’importe, au fond. Libre, inspirée, singulière, votre nature fait écho à la Nature Triomphante qui inspire nos créations. Le Jardin d’Hiver illustre cet ancrage. Baigné de lumière, porté par une architecture d’inspiration classique, c’est une ode à la nature et à ses animaux. Meubles et plantes, sol de marbre vert, tapis représentant un parterre de feuilles, table basse en bois pétrifié de Franck Chartrain, œuvre de l’artiste Émilie Moutard-Martin… Tout nous invite à laisser libre cours à notre nature la plus profonde.

Le Jardin d’Hiver – rez-de-chaussée
Le Salon Chinois – rez-de-chaussée

Le Salon Chinois – rez-de-chaussée

La fascination française pour l’art chinois connaît un regain d’intérêt dans la deuxième partie du xixe siècle. Le Salon Chinois de l’Hôtel de Nocé s’inscrit dans cette mouvance. Sans que le temps n’ait aucune prise sur lui, il combine luxe mystérieux et porte dérobée. C’est l’un des premiers salons de la Maison Boucheron. Tout y semble immuable, tout y est calme et volupté.​ 

Le Salon de l’Horlogerie – mezzanine

Le Salon de l’Horlogerie – mezzanine

De l’entresol de l’appartement de la comtesse de Castiglione à un atelier de dessin, il n’y avait qu’un pas. Frédéric Boucheron le franchit en 1918. Surplombant les espaces de vente, la mezzanine deviendra le bureau de la dynastie Boucheron. Aujourd’hui, les créations horlogères de la Maison y sont présentées. Au fil du temps, le Salon de l’Horlogerie s’est fait une place de choix dans notre maison de famille. Entre passé et présent. Entre histoire et modernité.

Le Salon des Lumières – premier étage

Pour rayonner, nos créations de Haute Joaillerie exigent de la lumière. Le Salon des Lumières leur offre l’écrin qu’elles méritent. Les vitrines s’y effacent au profit des bijoux tandis que les fenêtres offrent une vue imprenable sur la Place Vendôme.

Le Salon des Lumières – premier étage
Le Salon des Fiancés – premier étage

Le Salon des Fiancés – premier étage

La rénovation de l’Hôtel de Nocé a exigé des recherches approfondies. Ainsi, la démolition d’un plafond moderne a révélé un décor somptueux, reconstitué grâce à des photos d’archives. Aujourd’hui, le Salon des Fiancés offre un contraste saisissant entre ultra classicisme et audacieuse modernité. Il nous rappelle que si l’amour se joue des époques et des styles, il mérite toujours ce qu’il y a de plus beau au monde.

Le Salon des Créations – premier étage

Troisième salon de l’Hôtel de Nocé, il met en valeur, dans une ambiance plus colorée, les archives exceptionnelles de la Maison. L’une d’elles raconte la visite du Maharaja de Patiala Place Vendôme en 1928. À cette occasion, il passe une commande exceptionnelle de 149 parures, composées de diamants, d’émeraudes et de rubis.

Le Salon des Créations – premier étage
Le « 26V » - deuxième étage

Le « 26V » - deuxième étage

De passage à Paris, certains de nos clients se sentent désormais chez eux. « Le 26V » incarne à la perfection l’esprit maison de famille de l’Hôtel de Nocé. Un lieu de vie exceptionnel où l’on peut séjourner, se reposer ou boire un verre en flottant sur la Place Vendôme.

Direction le 2ème étage. Passé le vestibule, une salle à manger inspirée de la nature mène à un salon sur le thème de l’eau. La visite se poursuit dans une chambre majestueuse, donnant sur une salle de bain intime habillée de marbre blanc pour que vous vous sentiez « comme sur un nuage ». Admirez la Place Vendôme et la tour Eiffel en prenant un bain.

Prenez votre temps. Réfugiez-vous dans la bibliothèque de votre appartement parisien. Tapissée d’un papier peint chinois du xviiie siècle, elle vous révélera les secrets les mieux gardés de la capitale, et ceux de notre Maison.